En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. OK ×
eLigne France - Commerce internationale et services commerciaux - Russie & CEI & Europe

La consommation de vodka en Russie


D'après les données de l'Association nationale des producteurs d'alcool, au premier semestre 2008, les Russes ont bu pas moins de 716 millions de litres d'alcool.


Certes, il ne s'agit pas d'alcool pur, mais de différents types de boissons alcoolisées, pour l'essentiel, fortes. Cependant, la situation pourrait changer l'année prochaine. Il sera alors bien plus avantageux de boire de l'alcool "faible". Pour l'instant, pour le printemps et l'été, la consommation de vodka et de liqueurs n'a baissé que de 1,7%, bien que dans le monde entier le public préfère le vin et la bière pendant la saison estivale.

Mais, à partir du 1er janvier 2009, les accises seront considérablement relevées pour l'alcool, surtout pour la vodka. La part de l'Etat - c'est-à-dire l'accise - entre pour une part importante dans le prix à la consommation d'une bouteille, c'est pourquoi le plaisir de boire un coup coûtera plus cher.

Vadim Drobiz, directeur du Centre d'étude des marchés fédéral et régionaux de l'alcool, affirme qu'une bouteille (50 cl) de la vodka "légale" la moins chère coûtera l'année prochaine environ 93 roubles, contre 85 aujourd'hui (2,54/2,32 euros). Puisque les accises s'élèvent par étapes sur trois ans, en 2010, une bouteille coûtera déjà plus de 100 roubles, et en 2011, plus de 109 roubles.

Une partie des producteurs d'alcool ont lutté âprement contre les amendements au Code fiscal qui ont entraîné l'élévation des accises. Ils affirmaient que certains d'entre eux cesseraient leurs versements au budget et passeraient tout simplement dans l'ombre.

Les producteurs de vodka ont proposé de réduire les accises. On peut les comprendre: pour eux, le bénéfice provenant d'une bouteille de vodka bon marché ne dépasse pas 3% et ils ne peuvent pas le réduire encore plus afin d'éviter de perdre des clients.

Les commerçants ont bien plus de marge de manoeuvre. 40% du coût d'un demi-litre de vodka revient aux grossistes et aux détaillants. Mais ces derniers ne devraient pas réduire leurs marges, du moins tant qu'ils n'y seront pas poussés par la loi sur les principes fondamentaux de la réglementation publique de l'activité commerciale. Pour l'instant, elle n'est encore qu'à l'état de projet.

D'ailleurs, la vodka illégale provient des mêmes réservoirs que la vodka légale, des mêmes usines de vodka et de liqueurs, mais elle est tirée en dehors des horaires habituels: elle constitue à peu près un tiers du volume total du marché. L'unique différence est que les accises et les impôts ne sont pas payés pour la vodka illégale, c'est pourquoi elle s'avère très avantageuse pour tous les acteurs du marché, car les producteurs ont des bénéfices plus élevés et les acheteurs dépensent moins. Seuls ceux qui sont soutenus par le budget s'avèrent lésés, car ce dernier ne reçoit rien. Une bouteille de vodka illégale de marque coûte aujourd'hui 55 roubles.

Il y a deux ans, le ministère des Finances avait essayé de dresser des obstacles à l'alcool illégal et frelaté. Le Système d'information automatisé unique d'Etat (EGAIS) avait été introduit en vue de recenser chaque goutte d'alcool produit dans le pays. Les compteurs des usines d'alcool devaient communiquer à un ordinateur central combien d'éthanol avait été produit et à qui il avait été vendu. "Cela ressemble au lancement du premier satellite dans l'espace: personne ne l'a fait avant nous", expliquaient les auteurs du projet. Cependant, le "satellite" n'a pas volé. Certains équipements n'ont pu "s'accorder" avec d'autres, les serveurs n'ont pas soutenu la tension, les compteurs ont cessé d'enregistrer. Une partie de l'alcool a été retirée de ce système, les usines sont chargées de remplacer les compteurs à leurs frais par des appareils plus perfectionnés. Les experts commentent la situation de façon réservée: "Le système subit des transformations intérieures". Bref, il faudra attendre encore longtemps pour que le système puisse atteindre son objectif, estiment les spécialistes. Il est vrai, le nombre de décès dus à des intoxications par l'alcool diminue: ces deux dernières années, d'environ 10.000 par an. C'est déjà un progrès.



Publié le
Sujet: Dernières nouvelles


Tags Tags:
score moyen:0  votes: 0 

Prenez une seconde et evaluez cet article:
Excellent  Very Good  Good  Regular  Bad  Vous n'avez pas evalué correctement!
Connexion | 0 commentaires
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !
Votre Nom information nécessaire
Sujet information nécessaire
commentaire information nécessaire
information nécessaire

eLigne France © 2002-2016

Commerce internationale et services commerciaux - Russie & CEI & Europe